Stratégie Social Média du PSG et du FC Barcelone

Depuis que le Paris Saint Germain a été racheté par des Quataris, le club de la capitale a de grandes ambitions. Nouveaux maillots, nouveaux joueurs et nouvelle campagne de communication. Pour promouvoir le PSG à la sauce Quatari, le slogan retenu est : « Rêvons plus grand ». A l’opposé, il y a le FC Barcelone. Un club ayant une très forte identité et un slogan parfaitement assimilé par tous : « Mas qu’un club ». A l’heure ou les réseaux sociaux font partis intégrantes de nos vie, je me suis donc demandé si ces deux clubs avaient la même stratégie off et on-line et ce qui les différenciaient ?

Lire la suite

Red Bull donne des ailes

En ce dimanche 14 octobre 2012, il flottait comme un parfum de « objectif lune » dans ma timeline Facebook et Twitter. Après une tentative avortée suite à de mauvaises conditions météorologiques, Felix Baumgartner a sauté depuis la stratosphère à une hauteur de 36 576 m. Red Bull a réussi son objectif : faire parler d’elle et se placer au cœur des discussions. Plusieurs raisons font que l’on peut parler d’un évènement historique qui propulse Red Bull dans la stratosphère des opérations marketing réussies.

Lire la suite

Communication de crise sur Facebook

Il y a encore quelques semaines, tout lui réussissait. Il était beau. Il était riche. Et surtout il faisait gagner son 2ème titre de champion olympique à l’équipe de France de Handball. Oui mais voilà, depuis l’affaire du match truqué entre Montpellier et Cesson, l’image de Nikola Karabatic a été écornée. Pour répondre à ses détracteurs, Nikola Karabatic a choisi un moyen de communication inhabituel dans la circonstance, Facebook.

Lire la suite

Twitter, l’eldorado des stars

Vous l’aurez sans doute remarquer, sur Twitter, certaines célébrités se montrent enthousiastes envers une remarque… Trop peut-être. Récemment Kim Kardashian a du reconnaître qu’elle avait été payée 10 000 $ pour tweeter pour une marque de chaussure. Cette exemple illustre bien le développement d’un nouveau phénomène dans la communication digitale : les tweets sponsorisés. Ces tweets sponsorisés sont un phénomène en pleine expansion qui illustrent bien le web social et les enjeux que cela représente pour les marques.

Lire la suite

Digital recovery

Quel est le point commun entre un équipementier, un club de sport et un sportif professionnel ? Ce sont des marques ! Et qui dit marque dit histoire à raconter. Entre Derrick Rose et Adidas, tout allait pour le mieux. Le premier était à 24 ans seulement la star des Chicago Bulls. La seconde, une marque qui profitait des exploits de l’un des joueurs les plus aimés par les fans de NBA. Oui mais voilà, pour le 1er match des Play-off, il se blesse gravement. 8 mois d’indisponibilités. Comment Adidas a su rebondir sur ce coup du sort ? Une leçon de marketing digitale à méditer…

1/ Raconter une autre histoire

Sur les réseaux sociaux il n’y a rien de pire que de ne pas être visible. Il faut donc avoir une histoire à raconter et fédérer les fans autour de cette histoire.C’est là qu’est le coup de force de Adidas. D’une communication axée sur le succès de D. Rose en 2011 (The Bull), ils vont passés au combat d’un champion pour revenir à son meilleur niveau. Plusieurs vidéos ont été mises en ligne par Adidas. On y voit le joueur en train de s’entraîner  D.Rose apparaît humain et proche de ses fans.

2/ Impliquer les fans

L’opération d’Adidas est un succès car les fans ont été encouragés à participer. Sous le hastag #TheReturn, ils pouvaient envoyer des messages d’encouragement à D.Rose et continuer à faire parler de lui. Ces messages apparaissaient ensuite à la fin de chaque vidéo. Les fans avaient donc le sentiment d’aider D.Rose à revenir à son meilleur niveau.

3/ Produire du contenu…de qualité

Pour intéresser les fans, il faut produire du contenu à intervalle régulier. Cela a été chose faite par Adidas puisque les vidéos étaient postées tous les mois. A noter, le dernier spot montrant le retour de D.Rose est vraiment très beau. La boucle est bouclée. Je vous laisse savourer.